MENU

À LA UNE

  • Sécheresse : le bassin de l'Èvre en alerte

    En raison des prévisions météorologiques n’annonçant pas de précipitation dans les semaines à venir et pour faire face à une menace de sécheresse ou de pénurie d’eau, la Préfecture de Maine et Loire a placé depuis le 22 juillet la ville de Beaupréau-en-Mauges en alerte pour les eaux superficielles (bassin de l'Evre). Des mesures d’économies d’eau sont mises en place pour les usages agricoles, professionnels et particuliers.

    Lire la suite

  • Covid-19 : La prudence est toujours de mise

    Face aux signes de reprise de l’épidémie de Coronavirus dans certaines régions, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos à compter de ce le lundi 20 juillet.

    Lire la suite

  • Participez à l'enquête santé

    Consciente des difficultés d’accès aux soins primaires auxquelles certains habitants sont confrontés, la commune de Beaupréau-en-Mauges réalise un diagnostic de son offre médicale. Cette étude permettra de mieux envisager l’avenir et les projets à mener en matière de santé.

    Lire la suite

OPAH-Ru : des aides pour rénover votre logement

Afin de poursuivre l’amélioration de l’habitat, Beaupréau-en-Mauges accompagne les particuliers dans leurs travaux avec une OPAH-Ru (Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat-Renouvellement urbain) de 2020 à 2024.

Apparition de cyanobactéries dans la Loire

Avec l'installation des chaleurs estivales et la baisse du niveau des eaux dans la Loire et les rivières, des cyanobactéries sont susceptibles de se développer dans les zones où le courant et la profondeur sont faibles et où la transparence de l'eau laisse entrer les rayons du soleil. La surveillance du milieu dans le département a permis de détecter l’apparition sur la Loire de petits amas d’algues noirs flottants au gré du courant et s’accumulant derrière les obstacles. Les analyses montrent que ces amas sont constitués en grande partie d’algues filamenteuses, mais contiennent également des cyanobactéries benthiques, productrices possibles de toxines potentiellement dangereuses pour les animaux domestiques.

Attention, ça pique !

Le moustique tigre, potentiel vecteur de virus comme le chikungunya, la dengue ou Zika, colonise progressivement le territoire métropolitain depuis 2004. Afin de limiter la transmission de ces maladies, l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire active son dispositif de surveillance du 1er mai au 30 novembre.

  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-
  • visuel-